Manu Dibango

Manu Dibango a découvert le jazz en France dans les années 50. l’amérique du nord a découvert Manu Dibango dans les années 1970 alors que l’artiste camerounais débarquait avec «Soul Makossa», véritable tremblement de terre pour la musique danse. cette chanson allait présenter une toute autre possibilité d’allier funk, jazz et musiques camerounaises. biographie sur wikipedia. site officiel de l’artiste.


dans les années 1980, Manu Dibango a poursuivi Michael Jackson devant tribunal pour partage des droits de sa chanson «Soul Makossa» qui aurait été utilisée dans une pièce du cadet Jackson («Wanna be starting somethin’» de l’album Thriller, l’album le plus vendu de tous les temps: 55 millions de copies). une décision avait été rendue. des détails ici et d’autres détails là.

cependant, l’histoire devient intéressante: Michael Jackson a permis à une autre chanteuse d’utiliser un échantillon de cette chanson. donc, c’est ce dernier qui percevait les droits d’auteur sur une chanson dont il partageait les droits avec monsieur Dibango. Manu contre-attaque. le 17 février est rendue une décision: L’ordonnance en référé rendu ce jour a rejeté  ma demande de mise en réserve à la Sacem des droits d’auteur  que M. Michael Jackson perçoit en France sur l’oeuvre “Don’t Stop The Music” interprétée par Rihanna . Mais l’affaire n’est pas encore jugée sur le fond et les plaidoiries des avocats des maisons de disques s’étaleront de mai à septembre 2009. Une décision sur le fond est donc attendue  pour la fin de l’année 2009. Parallèlement  aux actions en France, j’assignerai dans les semaines qui viennent tous les protagonistes basés aux USA. Je vous remercie tous pour votre soutien sans faille.” comme l’histoire n’est pas terminée, vous pourrez suivre le blogue de l’artiste

Bill – As-tu du feu?

As-tu du feu – Bill

Bill. Qui est Bill? J’ai trouvé leur 45 tours probablement à Renaissance friperie, mais je ne pourrais confirmer.

Qui est Bill? En déposant le disque sur ma table-tournante, j’ai tout de suite su… Retour vers le début des années 1980 et la radio de Radio-Canada et CHLR (Moncton). Vingt-cinq ans plus tard, je me souviens de certaines pièces qui jouaient souvent ou plutôt qui m’ont marqué. CHLR faisait tourner des pièces locales, donc acadiennes (ex: 1755), ce que ne faisait pas Radio-Canada qui se consacrait à «faire découvrir» aux Acadiens la musique québécoise et francophone d’ailleurs (France, Belgique). Radio-Canada ne faisait jamais jouer de contenu local, sauf si ce contenu était filtré par le Québec (ex: Angèle Arsenault, Edith Butler…)

Donc, Bill. La chanson «As-tu du feu» est arrivée comme une brise fraîche, une excitation rigolote pour mes 6 ou 7 ans. Elle est repartie ausi vite qu’elle est arrivée. Mais je l’ai retrouvée! «As-tu du feu» est aussi fraîche aujourd’hui qu’en 1980. Peut-être même davantage!

Je suis content d’avoir trouvé le site d’un des membres du groupe (co-auteur de la chanson). Quelques notes biographiques, quelques mp3!