Je n’en connais pas la fin…


Édith Piaf,
dont on commémorait récemment le 50e anniversaire de sa mort, nous a bien sûr légué une quantité impressionnante de chansons immortelles, certaines bien connues, d’autres moins. «Je n’en connais pas la fin» a été reprise avec grand éclat par Jeff Buckley dans ses albums en spectacle Live at Sin-é et Live à L’Olympia. Voici l’originale!

Édith Piaf…

 

et Jeff Buckley…

Marie-Thérèse Lenoir pour Noël

[un article publié en 2007]

Marie-Thérèse Lenoir à l’orgue et aux carillons. L’album comporte des chansons plus connues et d’autres un peu plus «obscures». Je dis obscures, car l’interprétation de madame Lenoir est moins dans la joie que ce que l’on entend aujourd’hui à la radio.

marie-thérèse lenoir

Peu de renseignements flottent à son sujet dans le cyberespace. J’ai trouvé quelques mentions sur Québec Info Musique: «Fernand Robidoux débute en 1938 comme annonceur à la station radio CHLT de Sherbrooke, animant avec sa femme Jeanne Couet l’émission La ruche ménagère. Le couple passe ensuite à CHLN, Trois-Rivières, avant de faire leurs débuts à Montréal à CKAC en octobre 1940, aux émissions Pour vous, mesdames et Le moulin de la chanson. En 1942, ils tiennent la vedette des émissions Fernand et Jeanne et Sergent Swing, toujours à CKAC. Après un séjour dans l’armée, Fernand Robidoux réalise l’émission Pomponnette (CKCH, Hull) dont le personnage principal est l’ancêtre de l’espiègle Zézette, créé par Jeanne Couet. À Montréal, Fernand Robidoux anime Au carrefour de la chansonnette (CHLP) puis Pierre et Pierrette (CKAC) avec Marie-Thérèse Lenoir, une émission présentée quatre fois la semaine et qui connaît du succès pendant trois ans.»

noel chez-nous

On écoute ce grand succès du temps des fêtes: «Ça bergers, assemblons-nous!» interprété par Marie-Thérèse Lenoir.

Pierre Schaeffer (1910-1995)

Pierre Schaffer aurait développé les fondements de la musique concrète en France dans les années 1940 avec une équipe de recherche au sein de la Radiodiffusion française. Ce genre a profondément influencé la musique occidentale dans l’approche à la composition, la nouvelle instrumentation, la place de l’expérimentation dans la musique, les options infinies qu’offre l’usage de l’électricité, mais aussi le travail dorénavant possible avec les supports d’enregistrement (bande magnétique, disque, etc).

notes biographiques plus complètes: wikipédia.

Symphonie pour un homme seul, créée en 1949

Étude aux chemins de fer, 1948

Peu banal (impromptu)

Étude noire

Édith Piaf

Édith Piaf interprète Milord au Ed Sullivan Show en 1959. de nos jours, il y a peu d’artistes qui chantent en d’autres langues que l’anglais aux stations anglaises, que ce soit aux États-Unis ou au Canada. comment se fait-il qu’il n’y ait pas porosité linguistique entre les stations de télévision?

Acadie et Québec: Reel à bouche

a récemment vu le jour une réédition augmentée de l’album Acadie et Québec: chansons du Nouveau-Brunswick et du Québec publié à l’origine en 1959.

en voici mon morceau préféré. provenance: Nouveau-Brunswick, mais je n’en connais pas l’interprète. à écouter fort!

[audio:http://www.sulago.ca/wp-content/images/2010/03/Reel_a_bouche.mp3]

Edgar Varèse et Le Corbusier – poème électronique

présenté pour la première à l’expo universelle de Bruxelles en 1958, ce «poème électronique» est un travail conjoint du compositeur d’origine française Edgar Varèse et de l’architecte d’origine helvétique Le Corbusier.

Ionisation
[audio:http://ubu.artmob.ca/sound/slonimsky_nicolas/Slonimsky-Nicolas_01_Varese-Ionisation.mp3]

le site ubuweb recèle d’une énorme quantité d’œuvres sonores, filmiques, écrites. Ionisation est tirée de ce site.