«les gommes et les mégots»

l’arrondissement montréalais Ville-Marie s’est lancé au début de l’été dans une campagne de salissage des trottoirs pour inciter les passants à ne pas salir les trottoirs. j’apprécie l’art public, mais des fois je trouve que l’administration publique des villes y va un peu trop loin.

«les mégots et les gommes, c’est assez» avec le logo en dessous. pour encourager les gens, l’arrrondissement a installé un petit nombre de cendriers publics. pas assez d’après moi.

comme un employé de la fonction publique m’expliquait en fin de semaine, les élus de l’arrondissement devraient s’attaquer aux vrais problèmes (aqueducs qui coulent, les infrastructures qui s’écroulent) au lieu de travailler sur les apparences comme les fleurs et les mégots. un début c’est un début, mais les deniers publics sont limités, encore plus limités depuis que les élus fédéraux et provinciaux réduisent les impôts des grosses compagnies et des plus riches… (http://www.icca.ca/index.cfm/ci_id/40376/la_id/2.htm)

«La réduction urgente de l’impôt des entreprises est un élément essentiel du discours du Trône selon les Comptables agréés du Canada»

j’ai souligné l’urgence… un autre extrait du communiqué de l’association des comptables agréés du Canada: « »Des pays du monde entier réduisent actuellement les impôts sur les sociétés », affirme Kevin Dancey, président-directeur général de l’Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA). « Il faut réduire considérablement notre imposition des sociétés pour améliorer la productivité, la compétitivité et la croissance globale des entreprises, lesquelles génèrent de la richesse et des millions d’emplois pour les Canadiens. »»

wow, des « experts » pour compter de l’argent se mêlent de politique financière… réduire les taux d’imposition des compagnie ne fait pas augmenter ni la productivité, ni la compétitivité des compagnies. un des problèmes qui affectent les grosses compagnies, c’est la «bureaucratisation» des services, des effectifs humains. l’encrassement ne disparaît pas dans une compagnie quand le gouvernement réduit son taux d’imposition…

commentaire en passant: les «Jeunes libéraux» (parti politique) désirent dans un avenir rapproché, augmenter les droits de scolarité,  et voir à un «rafraîchissement» de la démocratie syndicale. le premier ministre Jean Charest s’en est mêlé pour les désavouer. lire Le Devoir. les jeunes tyrans de demain?

pis dire que les élections s’en viennent au Canada cet automne! on y reviendra.